samedi 19 mai 2018

L'Europe à l'heure de la mobilité connectée et automatisée

Trois jours après la France, la Commission Européenne a donc présenté sa vision en matière de mobilité connectée et automatisée. Elle propose une stratégie qui vise à faire de l'Europe un leader mondial dans ce domaine. Cette stratégie repose sur la coopération entre usagers de la route, grâce à une communication enter l'infrastructure et les véhicules, qui sera en mesure de rendre les transports plus sûrs. On est loin de l'approche française avec un 80 km/h complètement hors de propos.

vendredi 18 mai 2018

Moteurs : l'industrie auto en plein doute

Mercredi dernier, je me trouvais donc à Rouen pour le Congrès SIA Powertrain*, au cours duquel j'ai animé une table ronde avec des grands acteurs de l'industrie. Ce qui ressort de cet exercice, c'est que le Diesel est amené à disparaître progressivement sur les voitures particulières. D'ailleurs, en introduction de la conférence, je portais à la connaissance du public l'annonce de Volvo, qui a décidé de ne pas proposer ce type de moteur sur la berline S60. Malgré les efforts de Bosch, qui était bien sûr présent à Rouen et qui pense que le Diesel n'est pas mort, et malgré aussi ce que font notamment BMW et Mercedes pour préserver leur motorisation fétiche, PSA et Renault semblent avoir déjà tourné la page.

jeudi 17 mai 2018

L'hydrogène arrive en France, encore sur la pointe des pieds

Hier, alors que je me trouvais à Rouen pour le congrès Powertrain de la SIA, les intervenants de la table ronde que j'animais (sur le futur des motorisations) ont été amenés à parler de l'hydrogène. Et pour cause, il y avait le groupe PSA et Faurecia dans le panel. On sait que le premier a déclaré vouloir explorer cette voie pour les véhicules utilitaires et que le second monte en compétences dans ce domaine et vient de décrocher son premier contrat. En complément de l'électrique à batterie, la pile à combustible s'avère plus judicieuse pour les véhicules lourds et à grand gabarit.

mercredi 16 mai 2018

Véhicules autonomes : passer du storytelling à une communication plus responsable

Quand j'ai animé la conférence de présentation de la stratégie nationale sur le véhicule autonome, lundi au ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, plusieurs intervenants ont vivement combattu l'idée selon laquelle le match était plié d'avance faveur des GAFA. Cela a été le cas de Bruno Le Maire*, mais aussi de Mounir Mahjoubi, d'Anne-Marie Idrac et de Luc Chatel. Tous ont souligné que la France avait des industriels de qualité (c'est d' ailleurs un point que j'ai souligné hier matin sur RTL, quand j'ai été interrogé à ce propos). Et l'autre point qui a été souligné, cette fois par Anne Lavaud de La Prévention Routière, est que les français ont une perception faussée du véhicule autonome, en raison de l'image qui est renvoyée par la Silicon Valley.

mardi 15 mai 2018

Un bilan nul sur le plan environnemental pour le 80 km/h ?

Si l’on en croit l’argumentaire adressé aux préfets en fin d’année dernière, dont les chiffres ont été repris dans le cadre d’une campagne de presse, en février et en mars, la réduction de 90 à 80 km/h devrait permettre de réduire de 30 % les émissions polluantes. La Sécurité Routière précise qu’elle parle du CO2, ce qui est cohérent avec le gain affiché de 120 euros par an au niveau du porte-monnaie, en raison d’une moindre consommation de carburant. Or il faut préciser que justement, le CO2 ce n’est pas un polluant, mais un gaz à effet de serre. Mais le problème, surtout, c’est que la Sécurité Routière appuie son argumentation sur un rapport de l’ADEME, qui date de 2014 et contredit ces affirmations.

lundi 14 mai 2018

Véhicule autonome : une feuille de route cohérente pour faire avancer de concert la technologie et la législation

Ce lundi après-midi, le gouvernement a présenté sa stratégie nationale en matière de véhicule autonome. Une conférence de presse a été organisée à l'Hôtel de Roquelaure, au ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Elle avait pour vocation de présenter une feuille de route, dont le contenu a été élaboré en concertation avec un grand nombre d'acteurs, dont l'industrie automobile (mais pas que). La mission a été coordonnée par Anne-Marie Idrac, ancienne ministre et ex-Présidente de la SNCF et de la RATP.

samedi 12 mai 2018

Véhicule autonome : l'Armée s'y met aussi

Récemment, le fonds d'investissement de l'Armée, Definvest, a procédé à sa première opération en souscrivant à une levée de fonds chez Kalray. Cette société, basée à Grenoble, développe des processeurs surpuissants de nouvelle génération, spécialement adaptés aux voitures autonomes. Ils permettent d’analyser à la volée et de manière intelligente des flux très importants d’informations, de réagir et de prendre des décisions en temps réel.

vendredi 11 mai 2018

Moteurs : trois premières mondiales pour le groupe VW au symposium de Vienne

Engagé dans un vaste programme d'électrification, le groupe Volkswagen ne va pas arrêter du jour au lendemain les moteurs thermiques (comme l'espèrent tant de militants et comme le croient ceux qui ne connaissent pas l'automobile). Et il vient de le prouver en présentant trois premières mondiales au Symposium de Vienne, qui est le rendez-vous annuel des motoristes. Hybridation avec du 48 volts, Diesel et gaz naturel : telles sont les nouveautés sur lesquelles travaille Volkswagen.

mercredi 9 mai 2018

ZF : un équipementier en pointe sur le digital

L'équipementier allemand croit beaucoup au digital, à tel point qu'il a développé une plateforme avec IBM et la banque UBS pour un moyen de paiement électronique intégré à la voiture; l'e-wallet. Ce système est basé sur la Blockchain, cette fameuse technologie de codage qui intéresse tant d'industries, dont celle de l'automobile. Or justement, les choses bougent dans ce domaine. Il existe désormais un consortium, baptisé MOBI (Mobility Open Blockchain Initiative), dont l'objectif est de s’assurer que les services basés sur la blockchain seront compatibles avec les véhicules de différentes marques.

lundi 7 mai 2018

Tests de conformité : la Commission serre (encore un peu plus) la vis

Accusée régulièrement d'inertie, la Commission Européenne n'a jamais pris autant de mesures coercitives pour l'industrie automobile que depuis le Dieselgate et la mise à jour de procédures trop laxistes pour l'homologation des véhicules. Après avoir introduit de nouveaux tests (WLTP, RDE) plus proches de la réalité, qui sont devenus obligatoire depuis le 1 septembre 2017, à la fois pour la consommation et les polluants dont les NOx, Bruxelles a encore renforcé les exigences. Ainsi, les États membres réunis dans le cadre du comité technique pour les véhicules à moteur (CTVM) ont marqué leur accord sur la dernière proposition de la Commission. Celle-ci vise à réduire les marges d’incertitude technique dans les essais en conditions réelles et accroît les contrôles sur les émissions des voitures déjà en circulation, notamment via des tiers indépendants et agréés.