samedi 20 janvier 2018

Volkswagen développe de nouveaux logiciels pour la mobilité

Comme bien d'autres constructeurs, mais à l'échelle de tout un groupe, Volkswagen s'est lancé dans un ambitieux plan de transformation numérique. L'un des volets comprend la mise en place de Digital Labs, qui travaillent sur des logiciels visant à améliorer la mobilité. Par exemple, dans le domaine des services connectés, l’équipe travaille notamment sur le nouveau service « We Deliver » de la marque VW. Il permet la livraison de colis directement à bord des véhicules, grâce à la géolocalisation et la transmission de codes électroniques.

vendredi 19 janvier 2018

Le LAVIA qui ne dit pas son nom

Dans les dernières mesures de sécurité routière, une disposition est passée presque inaperçue. Il s'agit de la mesure N° 8, qui évoque un projet de contrôleur électronique de la vitesse. Ainsi, la Sécurité Routière veut donner la possibilité à un conducteur contrôlé en excès de vitesse de plus de 40 km/h et faisant l’objet d’une suspension de permis de continuer à conduire, à condition que ce soit "un véhicule équipé d’un contrôleur électronique de vitesse". Prévue à l'horizon 2021, cette mesure se base sur "un dispositif qui détecte lorsque le conducteur commet des excès de vitesse".

jeudi 18 janvier 2018

Véhicule autonome : le(s) grand(s) débat(s)

A l'initiative de Missions Publiques, un cabinet-conseil spécialisé dans la "création participative" (des débats qui replacent le citoyen au centre, avec des non experts*), 5 grands débats seront donc organisés le 27 janvier dans 5 villes de France sur les véhicules sans conducteur. L'organisateur annonce que 500 personnes "volontaires" se déplaceront pour débattre de ce thème très à la mode et imaginer les transports du futur, jusqu'à la voiture volante. Les débats auront lieu à Conflans-Sainte-Honorine, Rennes, La Rochelle, Toulouse et Sophia-Antipolis.

mercredi 17 janvier 2018

Continental à la recherche d'idées pour le smart grid

Continental Automotive France a lancé en partenariat avec GreenTech Verte un startup challenge qui porte sur l'intégration du véhicule électrique dans le « smart grid » (réseau électrique intelligent). Les candidats bénéficient d'un délai supplémentaire, puisqu'ils ont jusqu'au 26 janvier minuit pour candidater sur le site dédié www.continental-startupchallenge.fr.

mardi 16 janvier 2018

Quelle place pour l’hydrogène au sein de la filière automobile française ?

On reproche souvent aux constructeurs français de ne pas soutenir la filière de l’hydrogène, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays comme l’Allemagne, le Japon ou la Corée du Sud par exemple. Mais qu’en est-il vraiment ? Dans le cadre d’une position technique, mise à jour en 2015 et publiée sur son site, la Plateforme de la Filière Automobile (PFA) donne un avis mitigé sur l'hydrogène et les piles à combustible. En préambule, les experts reconnaissent que « le contexte a évolué depuis 2012 sur l’intérêt de l’hydrogène, avec un engagement des sphères publiques et d’industriels ». Pour autant, le scepticisme est toujours de mise au sein de la PFA, pour qui « la compétitivité du vecteur hydrogène en tant que solution de stockage de l’énergie reste à démontrer ».

lundi 15 janvier 2018

Mieux que le GPS, le PPS. Et c'est français !

L'information n'a pas fait la une de CNN, ni même de BFM TV... Et pourtant, la France a mis au point un service de localisation au centimètre près pour le véhicule autonome. Encore mieux que le GPS et même GALILEO ou tout autre système de localisation de type GNSS. Ce tout nouveau service, qui constitue une première mondiale, est le fruit d’une alliance entre GÉOFLEX, VEDECOM Tech, YoGoKo et SYSNAV, avec le soutien du Groupe Renault et du Groupe PSA.

samedi 13 janvier 2018

CES : la co-ompétition est lancée avec les GAFA

Selon l’édition 2018 de l’étude « Global Automotive Survey », réalisée chaque année KPMG, les décideurs de l'automobile se méfient toujours des grands noms de la high-tech. Leur avis est partagé à 50/50 entre une compétition avec les GAFA (ou leurs homologues dans d’autres parties du monde), ou une simple coopération entre le nouveau et l’ancien monde. C'est pourquoi l'étude de co-ompetition (d'où mon titre un peu bizarre). La coopération est en tout cas jugée comme étant une priorité par les constructeurs, afin d’élargir leur écosystème et faire face aux futurs enjeux.

vendredi 12 janvier 2018

Mobivia entre au capital de Car Pay Diem

Lors du salon Viva tech, au printemps dernier, je vous avais parlé d'une start-up luxembourgeoise, sélectionnée pour exposer sur le stand de Valeo. Car Pay Diem a mis en place une plateforme compatible avec plus de 85 000 stations-services (tous réseaux confondus à travers l’Europe) qui permet de payer son plein, sans sortir d'argent. C'est un peu l'équivalent d'Uber au moment de faire le plein. On paie de façon électronique, le compte étant débité par l'application. La jeune pousse vient de recevoir un soutien de poids avec l'arrivée de Mobivia à son capital.

jeudi 11 janvier 2018

L'hydrogène s'invite à Las Vegas avec la Nexo

On y voit de plus en plus de véhicules électriques (des navettes, un taxi électrique, un véhicule low cost comme celui de Valeo), mais aussi de l'hydrogène. Comme cela était prévu, le constructeur coréen a profité du CES pour dévoiler son nouveau véhicule à hydrogène. Son nom est Nexo. Ce SUV est le premier d'une série de 18 modèles écologiques annoncés d'ici 2025. Remplaçant du ix35 FC (Tucson FCEV sur d'autres marchés), la Nexo inaugure une nouvelle architecture dédiée pour loger une pile à combustible de dernière génération et les trois réservoirs à hydrogène.

mercredi 10 janvier 2018

La France qui perd (et qui persiste)

Quel décalage ! Alors que la French Tech fait le show à Las Vegas, et que l'on y parle de voiture autonome et de technologies qui vont contribuer à sauver des vies, la French administration présente au monde toute l'étendue de son incompétence, doublée d'une mauvaise foi invraisemblable. Incapable de fournir le début du commencement d'une moindre preuve sur la pertinence du 80 km/h, la Sécurité Routière a bidouillé les chiffres pour faire avaler cette grosse couleuvre aux grands médias. Et le pire, c'est que ça a marché. Le stagiaire de service (ah non, j'oubliais, un de ces "experts scientifiques" dont on nous parle tant) qui a rédigé l'argumentaire pour les préfets a quand même trouvé le moyen d'écrire qu'il fallait 81 m pour passer de 90 km/h à 0. Le vrai chiffre, c'est deux fois moins.