jeudi 20 février 2014

Le rapprochement Apple-Tesla : un rêve de geek ?

Depuis que le San Francisco Chronicle a fait état d'une rencontre, au printemps dernier (!) entre le PDG de Tesla et le responsable des fusions et acquisitions chez Apple, le cours de la marque californienne de voitures électrique a connu un pic. Mais surtout, la toile s'enflamme et imagine déjà le rachat de Tesla par la firme à la pomme et le lancement d'une iCar. Même si rien se n'est passé finalement depuis un an.



Et voilà qu'Elon Musk est comparé à Steve Jobs. Pourquoi pas à Jésus Christ ? Ces histoires d'égo hypertrophiés ne m'intéressent guère. Dans cette affaire, il semble surtout évident qu'Apple a besoin d'un dirigeant charismatique. A l'inverse, on peut franchement se demander ce qu'Apple pourrait apporter à Tesla, à part du cash ?


La marque dirigée par Elon Musk a fait le choix d'Android à bord de sa Model S. Et la gigantesque tablette de 17 pouces qui s'intercale entre les sièges n'est pas un iPad. On remarquera au passage que la XchangE (le concept de Rinspeed sur base Tesla) embarque une Windows Surface. L'iPad serait-il déjà hass been ? On ne voit pas pourquoi Tesla reviendrait en arrière pour incorporer du "Apple inside", alors que l'industrie automobile est en train de migrer vers Android. De plus, on peut rappeler que les fondateurs de Google ont accompagné la naissance de Tesla en injectant des fonds.


Pendant des années, des rumeurs ont fait état d'une possible voiture conçue par Apple. La vision d'une iCar a fait fantasmer bon nombre de designers. Et c'est encore le cas aujourd'hui. Si l’on en croit un membre du board de la firme à la pomme, Mickey Drexley, Steve Jobs avait bel et bien ce projet en tête. L’histoire remonterait à 2007, une date à laquelle il aurait rencontré et à de multiples reprises le patron de VW, Martin Winterkorn.


Aujourd'hui, le même VW prévoit bien d'intégrer l'iPhone dans des séries spéciales, comme la iBeetle déjà présentée à l'état de concept à Shanghaï. Le smartphone fait alors office de navigateur, kit mains-libres et prolonge en partie le tableau de bord. Il donne aussi accès à des fonctions, comme la musique en ligne. Mais, ce même constructeur a aussi opté pour MirrorLink pour s'ouvrir aux autres fabricants de mobiles.


Alors, que faut-il attendre de cette rencontre ? Il peut s'agir d'une banale réunion informelle, comme c'est souvent le cas dans l'industrie ("tout le monde parle avec tout le monde"). A moins que Tesla ne conçoive une voiture pour Apple (il l'a bien fait pour Toyota et Daimler) ? On imagine mal Elon Musk céder le contrôle de sa marque, alors qu'il récolte aujourd'hui le fruit de son obstination.