vendredi 5 mai 2017

Intel présente le premier prototype de BMW autonome

C'est dans son Centre d’Innovation pour la Conduite Autonome, situé au cœur de la Silicon Valley, que le célèbre fabricant de puces a présenté la première des 40 voitures hautement automatisées (HAD) qu'il va réaliser, en partenariat avec BMW et Mobileye (qu'il a racheté entre temps). Un exploit, si l'on considère que la coopération de ces trois marques ne remonte qu'à un an et qu'elles se fixent l'objectif de 2021 pour le lancement du modèle de série.



Cet événement global sur le véhicule autonome a eu lieu en présence d'autres partenaires d'Intel, dont l'équipementier Delphi et Ericsson.

Pour le patron de la société, Doug Davis, Intel a une chance unique de résoudre l'un des défis technologiques les plus complexes de notre époque. L'enjeu est d'aider l'industrie automobile à réinventer les transports et de sauver au passage un million de vie chaque année.

Quel est le rôle d'Intel ? La société américaine maîtrise les données, qui constituent le facteur central de la conduite automatisée, qu'il s'agisse de leur traitement, de leur gestion, de leur transfert, de leur stockage et de leur partage. Et ce, des PC jusqu'aux data centers. Dans le cadre de ce partenariat, Intel a justement mis en place le premier d'une série de plusieurs data centers intégralement dédiés à la voiture autonome. Ces laboratoires uniques seront utilisés pour développer et entraîner les algorithmes, et pour comprendre les besoins en infrastructurels spécifiques que demandent le transfert et le stockage des données pour la conduite autonome. Des chercheurs vont alimenter ces centres avec les données issues des véhicules-tests, pour entraîner leurs réseaux neuronaux et améliorer leurs algorithmes d'apprentissage automatique.

La société jouera aussi un rôle dans le domaine de l'IA (Intelligence Artificielle). Lorsque les voitures pensent et agissent sans intervention humaine, souligne la société, elles doivent pouvoir le faire de façon fiable et sûre. L'intelligence nécessaire pour permettre cette sécurité et cette fiabilité va au-delà de la seule vision informatique. Cette intelligence va aussi tenir compte d'autres paramètres (voix du conducteur, préférences) dans sa prise de décision. Chacune de ces tâches nécessite une série d'algorithmes particuliers, et probablement un mode de traitement différencié pour permettre des performances optimales, indique encore Intel.